Brain Canada Brain Canada
EN Donner

Nouvelles stratégies thérapeutiques visant à réparer les anomalies cérébrales liées aux troubles psychiatriques

Nouvelles stratégies thérapeutiques visant à réparer les anomalies cérébrales liées aux troubles psychiatriques

Chef d'équipe 
  • Yu Tian Wang, University of British Columbia
Membres de l'équipe :
  • Stephen S.G. Ferguson, University of Western Ontario
  • Alaa El-Husseini, University of British Columbia
  • Ridha Joober, McGill University
  • Anthony G. Phillips, University of British Columbia

Aperçu du projet

La communication entre les cellules du cerveau est essentielle pour une fonction cérébrale normale. Les cellules saines répondent aux signaux de messagers chimiques qui stimulent ou inhibent l’activité du cerveau. Les théories courantes indiquent que les troubles psychiatriques tels que la toxicomanie, la schizophrénie, l’autisme et la déficience mentale ont comme source un déséquilibre de ces messagers chimiques menant à une perturbation dans la façon dont les cellules du cerveau communiquent entre elles.

Présentement, les médicaments disponibles pour traiter les troubles psychiatriques ciblent souvent bon nombre de récepteurs partout dans le cerveau. Bien que ces composés aient fait preuve d’efficacité thérapeutique parmi des sous-groupes de patients, ils ont aussi entraîné des effets secondaires négatifs qui en limitent l’usage. En conséquence, il y a un urgent besoin de nouvelles pharmacothérapies conçues pour cibler des mécanismes cérébraux spécifiquement impliqués dans divers aspects des maladies psychiatriques.

Dr Wang et son équipe examinent une nouvelle méthode de traitements pour ces troubles où de petits peptides peuvent cibler des processus subcellulaires qui perturbent l’équilibre des messagers chimiques et ainsi rétablir une communication normale entre les cellules du cerveau. Le dysfonctionnement de la communication normale entre les cellules du cerveau est lié aux maladies psychiatriques et cette nouvelle classe de médicaments est conçue pour restaurer un fonctionnement normal d’une façon très spécifique qui atténuera les effets secondaires négatifs. Le but premier de l’équipe est de mettre au point une thérapie pour traiter la toxicomanie, cependant, les principes sous-jacents des effets de ces nouveaux médicaments pourraient mener aux développements de traitements semblables pour d’autres maladies neurologiques et neuropsychiatriques comme la maladie d’Alzheimer, l’autisme, la déficience mentale et la schizophrénie.

Résultats

La communication entre les cellules du cerveau est essentielle au fonctionnement normal du cerveau. Il est suggéré que la perturbation de ce processus est à la base de nombreux troubles psychiatriques dont la toxicomanie, la schizophrénie, l’autisme et la déficience mentale. La plupart des médicaments utilisés présentement pour traiter ces troubles ne fonctionnent pas de façon précise car ils réparent la communication dans tout le cerveau. Bien que les symptômes soient diminués, ces thérapies entraînent une quantité d’effets indésirables. L’équipe a terminé des études de démonstration des principes en vue d’élaborer une nouvelle méthode dans le traitement de ces troubles par laquelle les médicaments pourront cibler avec précision les processus en besoin de réparation afin de rétablir le fonctionnement normal du cerveau sans causer d’effets indésirables.

Impact

Les résultats de cette recherche peuvent mener vers de nouveaux médicaments qui, n’ayant pas d’effets secondaires négatifs, pourront améliorer la qualité de vie des patients souffrant de troubles neurologiques et psychiatriques tels que la toxicomanie, la maladie d’Alzheimer, l’autisme, la déficience mentale et la schizophrénie.

Publications