Brain Canada Brain Canada
EN Donner

La Fondation Brain Canada et FRDJ financent trois projets de recherche novateurs en réponse à des préoccupations de santé mentale chez les personnes atteintes de diabète de type 1

L’été dernier, la Fondation Brain Canada et FRDJ ont lancé officiellement les Subventions d’équipe Santé mentale et diabète de type 1, un programme unique qui appuie la recherche sur les interventions en réponse aux problèmes de santé mentale chez les personnes atteintes de diabète de type 1 (DT1).

Il n’est pas facile de vivre avec une maladie chronique comme le diabète. Le fardeau qu’impose le contrôle du diabète aux personnes atteintes de DT1 leur fait courir un risque accru de développer un trouble de santé mentale comme la dépression, l’anxiété, l’idéation suicidaire, les troubles alimentaires et la détresse diabétique, un terme cliniquement validé décrivant le sentiment d’impuissance, le stress, la culpabilité, l’inquiétude incessante et le déni qui sont associés au fait de vivre avec le diabète et au fardeau de l’autogestion de la maladie. Nous savons que les personnes atteintes de DT1 qui développent des troubles de la santé mentale, en particulier la dépression et la détresse diabétique, ont une qualité de vie moindre, maîtrisent moins bien leur glycémie (c.-à-d. une hausse du taux HbA1c), mesurent leur glycémie moins souvent, ont des épisodes plus fréquents ou graves d’hypoglycémie et d’acidocétose diabétique et sont hospitalisées plus souvent. En revanche, la résilience, l’autonomisation, un bon réseau de soutien et le mieux-être sont liés à une qualité de vie élevée et à une meilleure santé chez les personnes atteintes de DT1.

La santé mentale est rarement un aspect fondamental de la gestion du diabète au quotidien, et les préoccupations passent souvent inaperçues ou sont négligées jusqu’à ce qu’elles deviennent graves et difficiles à gérer. Bien que l’on sache que les interventions en santé mentale améliorent la qualité de vie et les résultats de certaines personnes atteintes de diabète, cet aspect est rarement intégré aux soins usuels.

Les Subventions d’équipe Santé mentale et diabète de type 1 parrainées par FRDJ et la Fondation Brain Canada octroient jusqu’à 250 000 $ sur deux ans pour financer le développement et la mise à l’essai de trois projets durables et évolutifs qui visent à améliorer le soutien des personnes vivant avec le DT1 et souffrant de troubles de la santé mentale au Canada. Ces stratégies pourraient améliorer la qualité de vie et les effets du diabète sur la santé des personnes atteintes du DT1.

Découvrez les trois projets :

 Tricia Tang, Ph. D.

Utilisation d’une plateforme de soins virtuels pour offrir du soutien en santé mentale dirigé par des pairs à des collectivités rurales et éloignées de la Colombie-Britannique : un essai clinique randomisé fondé sur une liste d’attente de l’intervention REACHOUT

Dre Tang et son équipe à l’Université de la Colombie-Britannique utiliseront une plateforme de soins virtuels pour offrir du soutien en santé mentale dirigé par des pairs à des collectivités rurales et éloignées de la Colombie-Britannique, dans le cadre d’une intervention appelée REACHOUT, créée grâce au soutien d’une subvention précédente de FRDJ.

Compte tenu de la pénurie de professionnels de la santé mentale qui ont reçu une formation sur le DT1, les adultes qui vivent dans les régions rurales et éloignées ont le plus de mal à accéder aux services dont ils ont besoin. Cette lacune des soins de santé est la raison pour laquelle la Colombie-Britannique a fait des soins de santé mentale et des services de santé dans les régions rurales et éloignées deux des cinq priorités provinciales en soins de santé. L’équipe deDre Tang cherchera à relever trois défis en matière de traitement du diabète en Colombie-Britannique : la disponibilité, l’abordabilité et l’accessibilité du soutien en santé mentale pour les adultes vivant avec le DT1 dans des milieux aux ressources limitées.

Il a été démontré que le soutien par les pairs est une approche peu coûteuse et viable du soutien de l’autogestion à long terme. De plus, on a constaté que les interventions qui utilisent des technologies (p. ex., les plateformes de santé numériques) améliorent la santé mentale et la santé émotionnelle.

REACHOUT est une application mobile élaborée en collaboration avec des adultes atteints de DT1, des psychologues cliniciens, des ingénieurs biomédicaux, des spécialistes du comportement et des experts en santé rurale. REACHOUT utilise une technologie de santé numérique pour « stimuler » le soutien en santé mentale pour les personnes vivant avec le DT1 qui en ont le plus besoin. Si elle est fructueuse, cette approche innovante qui cherche à joindre une population « difficile à atteindre » pourra être adaptée aux enfants, aux adolescents et aux jeunes adultes atteints de DT1 en Colombie-Britannique et dans l’ensemble du Canada.

Dr Peter Selby

Soins complets basés sur des technologies pour les jeunes adultes atteints de diabète de type 1 (DT1) souffrant de détresse diabétique

Le Dr Selby et son équipe du Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) à Toronto, réunissent des experts en santé mentale et en traitement du DT1 et des personnes qui vivent avec le DT1 afin d’élaborer conjointement une solution à la détresse diabétique, accessible et acceptable pour les personnes atteintes de DT1, leurs soignants et les professionnels de la santé. Le programme s’adresse aux adultes de 18 à 29 ans, un groupe disproportionnellement vulnérable à la détresse diabétique. La voix du patient occupera une place prépondérante tout au long du projet.

Ce projet s’appuiera sur la littératie numérique de cette population pour donner à distance (au moyen de vidéoconférences, d’appels téléphoniques et de messages texte) une intervention efficace, qui sera prise en charge et dirigée par des experts en santé mentale et en DT1. Les participants seront invités à participer au programme, qui comprendra huit séances planifiées, complétées par le soutien d’un accompagnateur de soins et de pairs.

Dans le cadre de l’évaluation de l’intervention, les chercheurs examineront la faisabilité et l’acceptabilité du programme, ainsi que son efficacité à réduire la détresse diabétique. Ils mesureront également l’effet sur l’autogestion du diabète, la glycémie globale et les épisodes d’hypoglycémie.

FRDJ s’est engagée à soutenir et à créer un cadre global pour les traitements et les soins de santé mentale pour toutes les personnes vivant avec le DT1 au Canada. Le soutien de FRDJ dans le cadre de ce projet représente un autre pas dans cette direction.

Dre Marie-Eve Robinson

Enseignement de l’autocompassion aux adolescents atteints de diabète de type 1 afin de réduire la détresse diabétique : essai clinique randomisé

L’autocompassion consiste à se traiter soi-même comme le ferait un ami ou un être cher en faisant preuve de bonté et de compréhension envers soi. L’autocompassion étant une aptitude qui s’apprend, la Dre Robinson et son équipe du Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario croient que cette approche pourrait atténuer la détresse diabétique et d’autres problèmes de santé mentale chez les jeunes atteints de DT1.
 
L’étude vise à évaluer l’efficacité d’un programme d’autocompassion pleine conscience à atténuer la détresse diabétique chez des jeunes de 12 à 17 ans atteints de DT1. Le programme d’autocompassion pleine conscience comportera des séances ou des ateliers virtuels hebdomadaires de 1,5 heure pendant huit semaines, sous la direction d’un animateur qualifié. On y abordera diverses pratiques d’autocompassion, comme la gestion d’émotions difficiles et le développement d’une voix intérieure bienveillante.
L’équipe s’attend à ce que les symptômes d’anxiété, de dépression, de troubles alimentaires et d’idéation suicidaire soient moindres au sein du groupe d’autocompassion pleine conscience que dans le groupe témoin. Cette étude pourrait réduire la détresse diabétique, le problème de santé mentale le plus fréquent chez les jeunes atteints de DT1, en augmentant leur autocompassion. Au bout du compte, l’équipe a l’intention de militer en faveur de l’inclusion de programmes semblables dans les soins usuels pour les jeunes dans l’ensemble du Canada, ce qui aura une incidence directe sur leur santé mentale et leur contrôle glycémique.

Les Subventions d’équipe Santé mentale et diabète de type 1 parrainées par FRDJ et la Fondation Brain Canada sont rendues possibles grâce au Fonds canadien de recherche sur le cerveau (FCRC), une entente novatrice conclue par le gouvernement du Canada (par l’entremise de Santé Canada), la Fondation Brain Canada et FRDJ Canada.