Brain Canada Brain Canada
EN Donner

Faciliter l’utilisation de cellules souches pour traiter les patients

CSPIh dérivés de neurones.

Grâce à la subvention de plateforme de 1,5 million de dollars accordée en 2015 par la Fondation Brain Canada, la Fondation Marigold, l’Université McGill, le Réseau québécois de recherche sur la douleur et le Réseau de médecine génétique appliquée, l’équipe de Jack Puymirat a mis sur pied à Québec un centre dédié à la fabrication de CSPIh. Leur objectif est de fabriquer des CSPIh de grande qualité et à meilleur coût par des méthodes évoluées qui pourront être employées par des chercheurs partout au Québec. Ils espèrent ainsi accélérer le rythme de la recherche sur les cellules souches et constituer des ressources qui faciliteront l’utilisation thérapeutique de cellules souches. La plateforme permettra aussi de créer des lignées de CSPIh à partir des cellules de patients atteints d’un trouble neurologique.

Leur étude servira à percer les mécanismes moléculaires régissant les maladies neurodégénératives, neurodéveloppementales et neuropsychiatriques pour mieux élaborer des traitements novateurs. Des progrès importants ont été accomplis pendant les trois années de la subvention qui a pris fin en 2018. Outre la création du centre à Québec, la plateforme a aussi attiré des investissements destinés à favoriser de nouvelles collaborations et à sensibiliser le public sur les CSPIh et leur potentiel thérapeutique.

L’équipe du centre a réussi à produire des CSPIh de grande qualité pour la moitié du prix courant. Au cours des deux dernières années, 50 lignées de CSPIh ont été fabriquées pour le compte de différents chercheurs, une réalisation qui n’aurait pas vu le jour sans la subvention de la Fondation Brain Canada. De plus, une biobanque de CSPIh propres aux troubles neurodégénératifs comme la maladie de Parkinson a été constituée. Par ailleurs, l’équipe a conclu un partenariat avec le Réseau Parkinson du FRQS et l’Institut et hôpital neurologiques de Montréal de l’Université McGill afin de greffer au projet une plateforme de fabrication de neurones et une plateforme de publication du génome.

Enfin, le centre a été un important carrefour de formation pour les étudiants, dont l’atelier et la conférence sur la fabrication de CSPI qui ont attiré respectivement 50 et 140 participants. Le centre a aussi organisé des activités de sensibilisation pour le public sur le thème des CSPIh et leur utilité thérapeutique.

«La fabrication à grande échelle de CSPIh issues de patients atteints de troubles neurologiques est une nouvelle façon de modéliser les maladies neurologiques, de cribler des médicaments candidats et de mettre au point des thérapies cellulaires et personnalisées.»

– Jack Puymirat, Université Laval