Brain Canada Brain Canada
EN Donner

L’exercice, un remède : l’effet de l’exercice sur le cerveau des femmes et des hommes

Regard sur la recherche 14 janvier 2021
Dre Cindy Barha

Le fait d’inclure les considérations de sexe et de genre dans les travaux que nous finançons permet d’améliorer la façon dont nous établissons le protocole des interventions en santé, leur mise en œuvre et leur étendue.

Cindy Barha, lauréate d’une bourse de recherche 2017 de la Fondation Brain Canada et de l’Alzheimer’s Association, incarne bien ce principe en étudiant l’efficacité de l’exercice selon le sexe. « Grâce au soutien de la Fondation Brain Canada, j’ai pu me consacrer à la promotion de la santé cérébrale des femmes à titre de boursière postdoctorale. Au Canada, la maladie d’Alzheimer est plus répandue chez les femmes. Voilà pourquoi il importe de différencier les stratégies de prévention de la démence en fonction du sexe, notamment par des exercices thérapeutiques. J’étudie la façon dont l’exercice influe sur la cognition des hommes et des femmes en examinant ses mécanismes fondamentaux, de manière à mieux cerner les bienfaits de l’exercice sur la santé cognitive et cérébrale, et la façon dont il profite à chacun. »

Dans son laboratoire à l’Université de Colombie-Britannique, Cindy Barha mène une étude évaluant l’effet de l’exercice sur des hommes et femmes atteints d’un trouble cognitif léger. À cette fin, elle mesure leur taux d’œstrogènes, de testostérone, de cortisol et de BDNF (facteur neurotrophique dérivé du cerveau) avant et après les exercices thérapeutiques. Les résultats de l’étude pourraient différencier l’effet de l’exercice sur le cerveau des femmes et des hommes.

En regard de l’énorme fardeau sanitaire et financier que représente la démence, mes travaux pourraient changer la donne au Canada et dans le monde en raffinant l’utilisation des exercices thérapeutiques selon le sexe, pour mieux profiter d’une bonne santé cérébrale en vieillissant », affirme Cindy Barha.

À terme, les travaux de Cindy Barha pourraient servir de base à l’élaboration d’exercices thérapeutiques en fonction du sexe afin d’atténuer le risque de souffrir de la maladie d’Alzheimer, une maladie dont le fardeau économique devrait atteindre 16,6 milliards $ d’ici 2031.