Brain Canada Brain Canada
EN Donner

Une collaboration inédite apporte des décennies d’expertise à la recherche de la SLA

Regard sur la recherche 27 juillet 2022

« Cette nouvelle technologie nous aidera à établir et à détecter des biomarqueurs. Grâce à cette subvention, nous pouvons tester nos nouvelles idées - des idées que nous avons développées ensemble sur la base de nos deux expériences individuelles ». - Dr Gerhard Multhaup

Dre Angela Genge travaille depuis des années sur des essais cliniques pour la SLA, mais il reste un obstacle majeur à l'identification de traitements efficaces.

« Nous utilisons toujours des mesures fonctionnelles pour voir si quelque chose fonctionne ou non », a-t-elle déclaré. Cela comprend des mesures plus subjectives telles que l'auto-déclaration des patients ou les observations des cliniciens, qu'elle déclare ne pas être les meilleures.

Dre Genge a un appel clair pour ce qui est nécessaire : « Nous devons faire appel à des personnes qui travaillent sur les biomarqueurs dans le domaine neurodégénératif et mettre leur expertise dans le développement de biomarqueurs axés sur la SLA ».

C'est là qu'intervient Dr Gerhard Multhaup. Dr Multhaup fait partie du département de Pharmacologie de l'Université McGill et se spécialise dans les causes moléculaires de la maladie d'Alzheimer, un domaine ayant beaucoup plus de travaux sur les biomarqueurs que la SLA.

Après que Dre Genge avait fait une présentation invitée sur la SLA dans un cours que Dr Multhaup enseignait sur les maladies neurodégénératives, ils ont commencé à parler de collaboration. Comment Dr Multhaup pourrait-il combiner son expérience dans le développement de biomarqueurs avec l'expérience du Dre Genge dans les essais cliniques? La réponse est venue avec un gène appelé SOD1 - et de l'aide d'une bourse de découverte de la Société canadienne de la SLA et de la Fondation Brain Canada.

Un gène avec une histoire

Le SOD1 a été le tout premier gène identifié comme un facteur causal de la SLA, et contribue à 2 à 3 % des cas. Le travail quotidien du SOD1 consiste à se lier au cuivre et au zinc en tant que cofacteurs, créant une protéine dont la fonction est de décomposer les molécules d'oxygène toxiques dans notre organisme, ce qui en fait un « antioxydant ». Mais lorsque le gène mute, cela peut provoquer un mauvais repliement d'une protéine (c.-à-d. une modification de sa forme standard pouvant entraîner un dysfonctionnement) et acquérir une fonction toxique au sein des motoneurones.

La présence de protéines mal repliées est une mauvaise nouvelle. Il y a cependant une lueur d'espoir : cela pourrait également servir de biomarqueur, la pièce cruciale manquante dans de nombreux essais cliniques sur la SLA. Et si nous pouvions suivre les états physiques que traverse la SOD1 lorsqu'elle se replie mal pour nous indiquer comment la maladie progresse?

« C'est la raison pour laquelle nous sommes reconnaissants pour la bourse de découverte », a déclaré Dr Multhaup. « Maintenant, nous pouvons tester ces idées pour trouver de nouveaux biomarqueurs ».

« Ce qui se passe avec la SOD1 mal repliée est un manque de connaissances », a déclaré Dr Multhaup. « Grâce à la technologie et nos différentes expériences, nous voulons combler ce vide ».

Une nouvelle technologie qui fait « l'impensable »

La technologie à laquelle Dr Multhaup fait référence est celle des dosages immunologiques à puce unique (Simoa), qui peuvent nous donner image incroyablement claire des protéines dans les biofluides. En plus d'être très sensible, cela permet de tester des biofluides plus facile à prélever sur les patients, comme le sang, plutôt que quelque chose comme le liquide céphalo-rachidien, dont le prélèvement peut être plus invasif.

« Pourquoi est-ce une période passionnante? Parce que nous avons toute cette nouvelle technologie! » a déclaré Dr Multhaup. « Il était impensable de quantifier ces protéines mal repliées dans le sérum ou le sang il y a même 10 ou 15 ans ».

« Ces technologies cool nous permettent de nous rapprocher de la maladie elle-même », a-t-il poursuivi. « Nous pouvons observer des choses comme des protéines mal repliées et comprendre les structures et les mécanismes des fibres anormales et normales. « C'est pourquoi l'investissement dans les installations et les équipements de base est si important pour les chercheurs fondamentaux, comme moi, mais également pour les cliniciens ».

Plus de dialogue = plus de réponses

La SOD1 est étudiée en relation avec la SLA, la maladie d'Alzheimer et d'autres maladies neurodégénératives depuis des décennies, y compris par Dr Multhaup, qui s'est spécialisé dans les protéines de liaison aux métaux depuis ses débuts en tant que chercheur en Allemagne il y a près de 30 ans.

« Grâce aux progrès de la recherche et de la technologie, nous comprenons maintenant que le cerveau est un système unique, complexe et intégré avec des points communs entre les troubles », explique Dre Catherine Ferland, directrice de la recherche et des programmes à la Fondation Brain Canada. « Cette collaboration est un excellent exemple de la façon dont l'élargissement de la portée de l'enquête et l'élargissement des perspectives peuvent mener à des découvertes perspicaces ».

Toutefois, selon Dre Genge, ce genre de collaboration entre différents spécialistes de la maladie est rare.

« C'est assez spécial que nous travaillions ensemble », a-t-elle déclaré. Elle a noté comment la SLA, qui est un domaine relativement petit en termes de financement et de chercheurs, peut grandement bénéficier de travaux menés par d'autres chercheurs sur les maladies neurodégénératives. Elle espère encourager davantage de scientifiques ayant des compétences et des connaissances dans l'identification de biomarqueurs à mettre leurs capacités au service de la recherche sur la SLA, comme l'a fait Dr Multhaup.

Un financement qui fait la différence

Depuis 2014, le partenariat composé de la Société canadienne de la SLA et de la Fondation Brain Canada a permis d'investir plus de 24 millions de dollars dans des recherches de pointe qui ont permis de mieux comprendre la SLA. Le programme de bourses de découverte est conçu pour stimuler l'innovation qui accélérera notre compréhension de la SLA, afin d'identifier les voies menant à des thérapies futures et à des soins optimisés pour améliorer la qualité de vie des personnes et des familles vivant avec cette maladie dévastatrice. En 2022, neuf projets retenus dans le cadre du programme de bourses de découverte 2021 recevront 1,125 million.

Le programme de bourses de découverte est rendu possible grâce au soutien financier de Santé Canada, par l'intermédiaire du Fonds canadien de recherche sur le cerveau, une entente novatrice entre le gouvernement du Canada (par l'intermédiaire de Santé Canada) et la Fondation Brain Canada, et grâce à la générosité des sociétés provinciales de la SLA, des donateurs de la Société canadienne de la SLA et des efforts de la communauté, y compris 40 % des recettes nettes de la Marche pour vaincre la SLA.

En savoir plus

 

Grâce à vous, la Fondation Brain Canada peut continuer à soutenir l’excellence et l’innovation en recherche pour changer les paradigmes de la connaissance acquise sur le cerveau au Canada. Votre soutien fait la différence.

Nous vous invitons à envisager de faire un don pour contribuer à la recherche novatrice sur le cerveau pour le bien de tous.