Brain Canada Brain Canada
EN Donner

Une plateforme nationale de partage des données de recherche en neurosciences

Membres de la PCNO et dignitaires qui étaient présents à la prénière inaugurale le 19 février 2018.

Le projet

La Plateforme canadienne de neurosciences ouvertes (PCNO) est une initiative nationale de partage des données de recherche dans le domaine des neurosciences. Elle rassemble de nombreuses sommités canadiennes en neuroscience fondamentale et clinique, formant ainsi un réseau interactif de collaborations en recherche sur le cerveau, de partenariats pluridisciplinaires, d’applications cliniques et de publications ouvertes. La raison d’être de la plateforme est de favoriser l’accessibilité et le réemploi des données en neurosciences. En faisant rayonner les travaux accomplis et en cours, elle permet d’éviter la répétition et le chevauchement des études, de sorte que les fonds de recherche sont utilisés à meilleur escient. La PCNO prépare aussi la relève scientifique canadienne à porter le flambeau de la science ouverte.

La plateforme établira un portail commun pour le milieu des neurosciences au Canada qui marquera une nouvelle ère de partage des données et des méthodes, la mise sur pied de vastes bases de données, l’élaboration de normes de partage, la facilitation de stratégies d’analyse évoluées, la diffusion à grande échelle des données et méthodes relatives aux neurosciences, ainsi que l’implantation de programmes de formation à l’intention de la relève en neurosciences computationnelles. Par ces efforts, la PCNO cherche à éliminer les difficultés techniques qui nuisent à la science ouverte, ainsi qu’à améliorer l’accessibilité et le réemploi du fruit des recherches en neurosciences de manière à accélérer le rythme des découvertes.

«Le gouvernement du Canada est bien résolu à aider les Canadiens atteints d’affections neurologiques. La plateforme que ce financement aidera à créer servira de répertoire central pour la recherche novatrice sur le cerveau. En ayant accès à ces données, les chercheurs seront mieux outillés pour réaliser des percées médicales qui amélioreront la vie des personnes vivant avec des troubles et des maladies du cerveau.»

– L’honorable Ginette Petitpas Taylor, Ministre de la santé