Investissement important de 3,3 M$ dans la recherche fondamentale en santé mentale

Trois lauréats et leurs équipes de recherche attitrées reçoivent chacun 1,1 million de dollars pour faire progresser notre compréhension des problèmes de santé mentale à un niveau fondamental.

Dans leurs efforts pour financer des projets de recherche fondamentale en santé mentale à la fois audacieux et transformateurs, la Fondation Brain Canada, la Fondation Krembil et Women’s Brain Health Initiative, avec le soutien de The Erika Legacy Foundation et de Power Corporation du Canada, sont fiers d’annoncer les lauréats du programme Les bases d’une meilleure santé mentale.

La recherche fondamentale consiste en une recherche scientifique entreprise en vue de comprendre et d’étendre nos connaissances, sans envisager une application ou une utilisation particulière. Le programme Les bases d’une meilleure santé mentale financera la recherche expérimentale visant à éclairer les causes et l’apparition de maladies mentales, à explorer les altérations pathologiques et déficits de traitement de l’information qui pourraient révéler de nouvelles pistes de traitement et d’intervention, et à sonder l’influence du sexe et du genre sur la santé mentale.

À l’âge de 40 ans, un Canadien sur deux souffre ou a souffert d’une maladie mentale. Il est essentiel d’approfondir la recherche fondamentale sur le cerveau afin de comprendre son fonctionnement dans la santé comme dans la maladie. Pour répondre à ce besoin, la Fondation Brain Canada, ses donateurs et ses partenaires ont investi un total de 3,3 millions de dollars pour appuyer trois lauréats et leur équipe de recherche.

« La recherche sur le cerveau joue un rôle essentiel dans l’amélioration de notre compréhension des causes et de l’apparition des troubles mentaux. Je suis ravie de soutenir le travail effectué dans le cadre du programme Les bases d’une meilleure santé mentale, qui contribuera à améliorer la santé mentale de toute la population canadienne. »

L’honorable Ya’ara Saks, ministre de la Santé mentale et des Dépendances

« L’inclusion de facteurs sexospécifiques s’avère déterminante pour mieux comprendre les origines biologiques des maladies mentales. Nous sommes très fiers de soutenir ces trois lauréats à l’avant-garde de la recherche sur le cerveau pour combler ces lacunes liées au sexe. »

Viviane Poupon, présidente-directrice générale de la Fondation Brain Canada

Les lauréats du programme Les bases d’une meilleure santé mentale étudient les troubles de santé mentale, qui incluent notamment la dépression, l’anxiété et la dépression post-partum, en insistant particulièrement sur les facteurs ou les différences spécifiques au sexe.

« On comprend peu de choses sur le cerveau et les maladies qui l’affectent. Ces lacunes forcent la recherche clinique à se concentrer sur les symptômes plutôt que sur les causes. Sans une recherche fondamentale qui tient compte des différences sexospécifiques pour découvrir les mécanismes des maladies, nous ne pouvons espérer créer de traitements efficaces. Nous sommes fiers d’appuyer ce programme et la recherche essentielle qu’il finance. »

Mark Krembil, président-directeur général de la Fondation Krembil

« En mettant l’accent sur les facteurs ou les différences sexospécifiques, ces études se révèlent extrêmement prometteuses pour révolutionner notre compréhension et notre traitement des troubles de santé mentale, ouvrant ainsi la voie à des interventions plus efficaces adaptées aux besoins particuliers des femmes. De telles initiatives nous permettront de faire des avancées significatives pour promouvoir la santé cérébrale et le bien-être des femmes. »

Lynn Posluns, fondatrice et présidente de Women’s Brain Health Initiative

Les projets audacieux soutenus par la Fondation Brain Canada, la Fondation Krembil et Women’s Brain Health Initiative sont les suivants :

La résistance à l’insuline dans le système mésolimbique, une nouvelle hypothèse pour la dépression associée à la résistance métabolique due à l’obésité

Stephanie Borgland de l’Université de Calgary a reçu 1 100 000 $.

Ce projet vise à déterminer si le manque d’insuline associé à l’obésité et au diabète de type 2 peut sous-tendre la prévalence plus élevée de la dépression et de l’anxiété associées à ces affections, et si le rétablissement de l’insuline peut améliorer la santé mentale. Les études seront menées avec les cochercheurs Marie-Ève Paquet et Rochelin Dalangin de l’Université de Laval, Stéphanie Fulton de l’Université de Montréal, Carrie Ferrario de l’Université du Michigan et Xiaochen Bai de l’Université du Texas SouthWestern Medical Center.

Développement de ressources scientifiques ouvertes pour cartographier les effets transgénérationnels et sexospécifiques des maladies neuropsychiatriques dans la période du péripartum

Liisa Galea du Centre de toxicomanie et de santé mentale a reçu 1 100 000 $.

Ce projet vise à comprendre les changements du cerveau dans la dépression post-partum et la façon dont la santé mentale de la mère après l’accouchement peut influencer la prédisposition de l’enfant à des troubles de santé mentale tout au long de sa vie. Les études seront menées avec les cochercheurs Brain Kalish du SickKids et Shreejoy Tripathy du Centre de toxicomanie et de santé mentale.

Un complexe dopaminergique prodépressif dans le cerveau agit comme médiateur des différences sexuelles dans la dépression et l’anxiété : validation et stratégies pour la découverte de médicaments

Susan George de l’Université de Toronto a reçu 1 100 000 $.

Ce projet vise à déterminer si les complexes dopaminergiques peuvent être impliqués dans le taux plus élevé de dépression chez les femmes, en utilisant des modèles animaux, avec l’objectif final de découverte de médicaments. Les études seront menées avec le cochercheur Martin Beaulieu. Junchao Tong et Isabelle Boileau du Centre de toxicomanie et de santé mentale sont parmi les collaborateurs.

« Le généreux financement de la Fondation Brain Canada sert de catalyseur pour favoriser l’innovation, la collaboration et les découvertes révolutionnaires dans nos laboratoires afin de comprendre les biomarqueurs moléculaires de la dépression post-partum, l’une des périodes où le risque de première dépression est le plus élevé. Je suis honorée de recevoir ce financement pour un domaine de recherche sous-étudié qui touche non seulement la mère au moment de l’accouchement, mais aussi la santé de l’unité familiale. Je félicite la Fondation Brain Canada et ses partenaires financiers de donner la priorité aux découvertes dans le domaine de la santé mentale des femmes. »

Liisa Galea

Pour en savoir plus sur le programme Les bases d’une meilleure santé mentale.

Écoutez le balado de la Fondation Brain Canada sur la santé mentale, Playing with Marbles.

En ce Mois de la santé du cerveau, célébrez votre organe le plus important en comprenant mieux le fonctionnement du cerveau dans la santé et la maladie.

Ce programme voit le jour grâce au Fonds canadien de recherche sur le cerveau (FCRC), une entente novatrice entre le gouvernement du Canada (par l’intermédiaire de Santé Canada), et la Fondation Brain Canada, ainsi que la Fondation Krembil et Women’s Brain Health Initiative, et avec le soutien de The Erika Legacy Foundation et Power Corporation du Canada.