Brain Canada Brain Canada
EN Donner

Les neurones nonicepteurs régulent l’immunosurveillance du cancer

Chef d'équipe 
  • Sébastien Talbot, Université de Montréal
  • Azrieli Foundation

Aperçu du projet

Sébastien Talbot étudie l’interaction entre le système nerveux et le système immunitaire. On sait que la douleur et la démangeaison sont des caractéristiques communes à divers cancers, et que les cellules cancéreuses sécrètent activement des facteurs favorisant leur infiltration dans les neurones. De récents travaux expérimentaux ont permis de diminuer la croissance des tumeurs en bloquant les signaux électriques qu’elles émettent pour infiltrer les neurones, mais n’ont pas réussi à cerner les mécanismes par lesquels les neurones régulent la survie des cellules cancéreuses.

Dernièrement, nous avons découvert que les cellules cancéreuses provoquent d’importants changements dans le profil d’expression génétique des neurones détecteurs de substances nocives infiltrés par les tumeurs. Pour évaluer la façon dont les interactions entre les cellules cancéreuses et neurones sensoriels agissent sur la surveillance immunitaire, nous tenterons de déterminer, d’une part, quels sont les médiateurs produits par les neurones nonicepteurs qui régulent l’épuisement des cellules immunitaires. D’autre part, sachant que les agents chimiothérapeutiques activent directement les neurones sensoriels conduisant à une manifestation douloureuse, nous vérifierons si ces agents entraînent un épuisement immunitaire en agissant sur les neurones sensoriels.

C’est en étudiant la biologie du cancer dans une perspective holistique, tenant compte à la fois des aspects et interactions de nature immunitaire et neurologique de la maladie, que nous pourrions découvrir des caractéristiques biologiques ainsi que de pistes thérapeutiques inédites. En soi, ce projet vise à amplifier la capacité du système immunitaire à combattre les cellules cancéreuses en exploitant l’interaction du système nerveux et du système immunitaire. Ensemble, la suppression locale des tumeurs qui innervent les nonicepteurs de manière à accroître l’activité immunitaire représente une solution complémentaire à la chimiothérapie et aux inhibiteurs ciblant les points de contrôle immunitaires.