Brain Canada Brain Canada
EN Donner

Modulation des circuits de la mémoire : traitements focaux de SCP en vue d’améliorer les fonctions du lobe temporal médian

Chef d'équipe 
  • Kari Hoffman, York University
Membres de l'équipe :
  • Sylvain Williams, Douglas Mental Health University Institute
  • Taufik Valiante, University Health Network
  • Andres Lozano, University Health Network
  • Mallar Chakravarty, Centre for Addiction and Mental Health
  • Jason Lerch, University of Toronto
  • Milos Popovic, University of Toronto
  • Krembil Foundation

Aperçu du projet

On a découvert que deux maladies aux trajectoires très différentes partagent un même siège de dysfonction dans le réseau cérébral. Il s’agit de la maladie d’Alzheimer, un trouble dégénératif pernicieux, et de l’épilepsie temporale, la plus répandue des formes d’épilepsie partielle marquée par de brefs épisodes d’activité neurale anormalement synchrone. Ces maladies frappent durement et avant tout le réseau mnésique, c’est-à-dire l’hippocampe et ses régions connexes. Depuis lors, des chercheurs en quête de traitements scrutent, chacun de leur côté, le même endroit à l’aide des mêmes outils, mais pour des maux différents. Ce projet se propose d’unir l’expertise des milieux de la recherche fondamentale et clinique dont les intérêts convergent vers un réseau cérébral commun. L’objectif est de moduler le réseau mnésique à l’aide de méthodes novatrices de stimulation focale en vue d’en améliorer la fonction.

À cette fin, l’équipe de Kari Hoffmann mettra au point de nouvelles méthodes faisant appel à la stimulation cérébrale profonde (SCP), un traitement prometteur qui a récemment été employé pour soigner l’alzheimer et l’épilepsie. La SCP consiste à faire circuler un courant électrique régulier dans certaines structures spécifiques du cerveau. Elle sert habituellement à remédier aux symptômes débilitants des troubles moteurs, dont la maladie de Parkinson (un trouble neurodégénératif).

On en sait très peu sur le mécanisme d’action de la SCP et des marqueurs sensoriels de son efficacité. Voilà pourquoi il faut élucider la clé de son succès pour mieux raffiner la façon d’administrer la SCP dans les structures mnésiques et ainsi améliorer l’efficacité du traitement. L’équipe propose de lever le voile sur la physiopathologie et la progression de ces deux maladies en étudiant des modèles précliniques et en analysant les données de SCP focale de patients atteints d’alzheimer, le tout de manière à mieux soigner les gens grâce à des traitements par SCP plus raffinés.