Brain Canada Brain Canada
EN Donner

Nouvelles méthodes de détection et de traitement précoces des TSA

Chef d'équipe 
  • Lonnie Zwaigenbaum, University of Alberta
Membres de l'équipe :
  • Ofer Golan, Bar-Ilan University
  • Jessica Brian, Holland Bloorview Kids Rehabilitation Hospital
  • Sam Wass, MRC Cognition and Brain Sciences Unit
  • Mark Johnson, CBCD, Birkbeck, University of London
  • Susan Bryson, IWK Health Centre
  • Isabel Smith, IWK Health Centre
  • Azadeh Kushki, IWK Health Centre
  • Azrieli Foundation

Aperçu du projet

Une personne sur 100 recevra un diagnostic de trouble du spectre autistique (TSA), une condition qui détériore considérablement la qualité de vie de ceux qui en sont atteints et de leurs proches. Jusqu’à récemment, on en savait très peu sur le TSA chez les jeunes enfants, car ils subissent rarement une évaluation avant l’âge de 2 ans. C’est maintenant chose du passé, alors qu’un diagnostic et traitement précoce est à portée de main grâce aux travaux précédents de l’équipe internationale du Dr Zwaigenbaim portant sur les nourrissons à risque de présenter un TSA parce qu’un membre de leur fratrie en souffre, et aux recherches menées par d’autres chercheurs au cours de la dernière décennie. Dans le cadre de ce projet, les chercheurs s’intéressent au lien entre la capacité de communiquer et d’interagir avec autrui et la façon dont les nourrissons à risque dirigent leur attention et maîtrisent leurs émotions. Leurs travaux sont répartis en deux volets connexes. Le premier projet (auquel participent les chercheurs canadiens et israéliens) évalue l’aisance avec laquelle les nourrissons détournent leur attention d’une chose à une autre et en quoi cette faculté influence leur réaction à des situations qui évoquent des émotions positives ou négatives. Ceux qui éprouvent de la difficulté à détacher leur regard peuvent rester fixés sur d’intenses émotions, ce qui les empêche d’interagir et de communiquer avec autrui et les rendre susceptibles de souffrir de TSA. Quant au second projet, les chercheurs évaluent l’utilité d’autres formes d’intervention élaborées par les équipes canadiennes et anglaises qui consistent à enseigner aux nourrissons à rediriger plus facilement leur attention (à l’aide de jeux informatisés mis au point par l’équipe du Royaume-Uni). Les résultats des travaux permettront de mieux former les professionnels de la santé en matière de dépistage précoce du TSA et de collaborer avec les intervenants communautaires à l’implantation de nouvelles interventions qui aideront ces enfants à réaliser leur plein potentiel.