Brain Canada Brain Canada
EN Donner

Nouveaux biomarqueurs rétiniens de la maladie d’Alzheimer

Chef d'équipe 
  • Mirza Faisal Beg, Simon Fraser University
Membres de l'équipe :
  • Ging-Yuek Hsiung, University of British Columbia
  • Marinko Sarunic, Simon Fraser University
  • Joanne Matsubara, University of British Columbia
  • Alan Evans, Montreal Neurological Institute and Hospital, McGill University
  • Gregory Mori, Simon Fraser University
  • Jinko Graham, Simon Fraser University
  • Paul Mackenzie, University of British Columbia
  • Andrew Merkur, University of British Columbia
  • Ian Mackenzie, University of British Columbia
  • Michael Smith Foundation for Health Research
  • Genome BC
  • Pacific Alzheimer Research Foundation

Aperçu du projet

La maladie d’Alzheimer efface inexorablement la mémoire jusqu’à rendre ses victimes complètement dépendantes de leurs aidants. Puisque l’âge est un important facteur de risque, il va sans dire que le spectre de l’alzheimer se fait plus menaçant en vieillissant. Or, il est difficile de détecter les premiers signes de la maladie dans le cerveau, car les changements de comportement sont à la fois subtils et invisibles. C’est lorsque la mémoire et le raisonnement commencent à trébucher que les gens se présentent à une clinique de démence, mais à ce stade, les tests diagnostiques ne peuvent établir avec certitude un lien entre les symptômes et l’alzheimer, car d’autres types de démence peuvent aussi être en cause. Pour bien traiter un patient, il faut avant tout poser le bon diagnostic. Grâce à l’imagerie, il est possible de voir si le cerveau est envahi par une protéine appelée amyloïde qui s’accumule démesurément chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Toutefois, les examens d’imagerie du cerveau utilisés à cette fin sont coûteux, parfois invasifs et ne sont pas à la portée de tous, de sorte qu’ils se prêtent mal au dépistage systématique. L’œil et le cerveau sont formés à partir du même tissu et de ce fait demeurent connectés. Certaines études donnent à penser, sans toutefois le confirmer, que l’amyloïde s’accumule aussi dans la rétine de personnes atteintes d’alzheimer. Dans le cadre de ce projet, Mirza Faisal Beg a réuni une équipe d’experts aux compétences variées et complémentaires dans les domaines de l’ingénierie, la statistique, la recherche sur la vue, la neurologie et la neuropathologie. Ensemble, ils travaillent à la mise au point d’un appareil d’imagerie de la rétine faisant appel à lumière laser pour révéler l’amyloïde dans la rétine. L’appareil sera mis à l’épreuve sur des modèles murins de l’alzheimer et sur des patients atteints de la maladie. Idéalement, ces travaux aboutiront à un examen de la rétine peu coûteux qui sera utilisé régulièrement et systématiquement pour repérer plus tôt la présence d’amyloïde indicatrice de la maladie d’Alzheimer. Cette solution améliorera le sort des gens tout en dégageant d’importantes économies pour le système de santé.