Brain Canada Brain Canada
EN Donner

Recrutement de cellules souches neurales endogènes pour promouvoir la réparation du cerveau après une lésion cérébrale acquise chez les enfants

Chef d'équipe 
  • Kamila Szulc, The Hospital For Sick Children
  • Hospital for Sick Children

Aperçu du projet

Chaque année au Canada, plus de 140 000 enfants et adolescents subissent des lésions cérébrales infligées par un traumatisme, un AVC, la paralysie cérébrale ou un cancer du cerveau. Pourtant, il n’existe aucun moyen efficace de favoriser la récupération, de réduire les handicaps et de mitiger le développement anormal du cerveau. Les jeunes aux prises avec une lésion cérébrale acquise dans la foulée d’une radiothérapie pour traiter une tumeur au cerveau représentent une population de patients idéale pour étudier les propriétés thérapeutiques de la régénérescence neurale.  La radiothérapie est la seule façon d’éradiquer la plupart des tumeurs cérébrales malignes, même si elle entraîne des lésions cérébrales et des troubles cognitifs. La majorité des jeunes traités par radiothérapie crânienne éprouvent des difficultés scolaires et réussissent moins bien que la population générale à décrocher un diplôme et un emploi.

Ce projet vise à confirmer si une déficience de la genèse cellulaire serait à l’origine des perturbations cognitives des enfants traités par radiothérapie et s’il est possible d’améliorer leur état en stimulant la fonction des cellules précurseurs neurales (CPN).  Dans le cadre de ce projet, Kamila Szulc examinera les avantages potentiels de l’exercice physique et d’agents pharmacologiques sur la régénérescence cérébrale. Elle s’intéressera plus particulièrement à la metformine, un médicament homologué qui a récemment démontré sa capacité d’activer les voies responsables de la formation et de la différenciation des CPN. Fait intéressant, une étude sur des souris a déterminé que la metformine améliore les résultats comportementaux, un effet qui augure bien pour les enfants atteints d’une tumeur cérébrale.

Elle combinera des techniques d’analyse d’imagerie et une batterie de tests cognitifs et comportementaux pour déterminer si l’exercice physique ou la metformine parviennent à promouvoir la récupération anatomique et cognitive des enfants ayant subi une radiothérapie du cerveau. Plus particulièrement, elle comparera les résultats d’IRM et comportementaux des patients aux résultats d’IRM et modifications cellulaires relevées chez les souris à l’aide de test histologiques et d’immunocytochimie.