Brain Canada Brain Canada
EN Donner

Restauration de la fonction visuelle : démarche fondée sur la reprogrammation cellulaire et la biologie cellulaire quantitative

Chef d'équipe 
  • Valerie Wallace, UHN Western Hospital, Univeristy of Toronto
Membres de l'équipe :
  • David Andrews, Sunnybrook Research Institute
  • Jeff Biernaskie, University of Calgary
  • Yves Sauve, University of Calgary
  • Carol Schuurmans, University of Calgary
  • Mark Ungrin, University of Calgary
  • The W. Garfield Weston Foundation

Aperçu du projet

La perte de neurones (cellules nerveuses) dans le système nerveux central, dont font partie le cerveau et la rétine, est un problème particulièrement grave, car mis à part quelques exceptions, ces neurones ne se régénèrent pas après avoir été perdus chez l’adulte. Par conséquent, la perte des photorécepteurs – neurones de la rétine qui captent la lumière – entraîne une perte irréversible de la vision. Ce projet a pour but de mettre au point de nouveaux traitements pouvant aider les millions de personnes partout dans le monde qui souffrent d’une dégénérescence des photorécepteurs de la rétine. Pour relever ce défi, on a constitué une équipe pluridisciplinaire, formée de chercheurs possédant une expertise dans le domaine des cellules souches, du développement cérébral, du génie biomédical, de la science de la vision et de la biologie moléculaire. En mettant en commun leurs compétences d’experts, ils ont élaboré un plan de recherche préclinique de mise au point de traitements contre la dégénérescence rétinienne. En termes plus précis, ils développeront des stratégies ayant pour but : 1) de convertir les cellules de la peau du patient en photorécepteurs fonctionnels pouvant être utilisés à des fins thérapeutiques; 2) de mettre à l’épreuve la capacité des photorécepteurs dérivés des cellules de la peau de rétablir la vision chez des animaux; et 3) d’exploiter les approches novatrices en génie biomédical pour assurer l’intégration optimale de ces nouveaux photorécepteurs dans la rétine lésée. À terme, les chercheurs envisagent de mener des essais cliniques sur la transplantation de photorécepteurs du cône dans la rétine humaine.