Brain Canada Brain Canada
EN Donner

Modulation du mauvais repli de protéines par la RGNEF dans les cas de SLA

Chef d'équipe 
  • Martin L. Duennwald, University of Western Ontario
  • ALS Society of Canada

Aperçu du projet

Les découvertes faites au Canada dans le laboratoire du Dr Michael Strong au cours des dernières années ont mis en cause une protéine nommée facteur d’échange de nucléotides guanyliques Rho (RGNEF) tant dans la pathologie que dans la génétique de la SLA. Des études plus poussées ont démontré que le RGNEF pouvait jouer un rôle dans la forme anormale (mauvais repli) et la toxicité de deux des quatre protéines principales de la SLA, soit TDP-43 et FUS. Le Dr Martin Duennwald, professeur adjoint à l’Université Western, dirigera une étude, en collaboration avec le Dr Alex Parker de l’Université de Montréal, visant à examiner si le RGNEF protège les motoneurones de la TDP-43 et de la FUS mal repliées ainsi que de la toxicité qui en découle. Si tel est le cas, le Dr Duennwald tentera ensuite de déterminer le mode d’action précis, principalement en se concentrant sur une région particulière appelée domaine GEF, ce qui pourrait aussi faire du RGNEF une cible thérapeutique intéressante. Afin de réaliser ces expériences, les deux chercheurs ont mis au point des modèles uniques de vers (C. elegans) dans lesquels le RGNEF est absent en présence ou en absence de TDP-43 et de FUS mutantes. L’équipe confirmera aussi ses résultats à l’aide de levures et de cellules de mammifères. À l’heure actuelle, seules ces équipes de London étudient le rôle du RGNEF dans la SLA. Toutefois, si l’hypothèse du Dr Duennwald se confirme, cela créera sans doute un intérêt international pour cette protéine potentiellement importante.