Brain Canada Brain Canada
EN Donner

Quête d’un traitement de la cécité par stimulation de la régénération endogène des photorécepteursStimulation de la régénération endogène des photorécepteurs en vue du traitement potentiel de la cécité

Chef d'équipe 
  • Rod Bremner, LTRI Sinai Health System, University of Toronto
Membres de l'équipe :
  • Donald Weaver, Toronto Western Research Institute, University of Toronto
  • Michel Cayouette, Institut de Recherches Cliniques de Montréal, Université de Montréal
  • Gautam Awatramani, University of Victoria
  • Philippe Monnier, Toronto Western Research Institute, University of Toronto
  • Krembil Foundation

Aperçu du projet

La vue est le plus précieux de tous les sens et sa perte est une expérience éprouvante pour les patients.  La cécité est souvent le résultat du déclin progressif des photorécepteurs, soit les cellules rétiniennes qui perçoivent la lumière. Pour y remédier, de nombreux chercheurs tentent de transplanter dans la rétine des photorécepteurs fabriqués à partir de cellules souches provenant des patients, mais cette méthode est à la fois particulièrement inefficace et onéreuse. Dans cette perspective, il importe d’explorer d’autres solutions, mais peu de gens dans le monde ont entrepris de s’y attaquer. C’est dans cette optique que s’inscrit l’initiative avant-gardiste de cette équipe. Au lieu d’injecter des cellules dans l’œil, les chercheurs miseront plutôt sur le potentiel régénératif des cellules déjà présentes dans la rétine. Or, elles peuvent réparer toute la rétine chez les poissons, sans toutefois y parvenir dans les mammifères. L’équipe cherche donc à réactiver ce pouvoir réparateur dormant pour mieux guérir la rétine. Le processus régénérateur des poissons passe par une division cellulaire suivie d’une régression à un état primitif pour ensuite devenir un nouveau photorécepteur. Rod Bremner (Lunenfeld-Tanenbaum, Toronto) et Michel Cayouette (IRCM, Montréal) déclencheront la division vers le type de cellule cible et maximiseront la production des nouveaux photorécepteurs, tandis que Philippe Monnier et Dr Don Weaver (TWRI, Toronto) concevront des méthodes pharmaceutiques destinées à en favoriser la survie et la connectivité. Enfin, Gautam Awatramani (Université de Victoria, C.-B.) optimisera leur fonction cellulaire à l’aide d’une technologie de pointe. Même ces travaux visent avant tout de restaurer la vue, tout indique qu’ils profiteront largement aux troubles et lésions du SNC.