Brain Canada Brain Canada
EN

Microbiome humain

Chef d'équipe 
  • ,
Membres de l'équipe :
  • ,

Aperçu du projet

Le programme Microbiome humain de l’ICRA réunit 21 chercheurs qui s’intéressent à la nature et à la formation de la conscience. C’est une initiative de l’Institut canadien de recherches avancées qui a été fondé en 1982 et dont la mission est de mobiliser les chercheurs de tous les horizons afin de s’attaquer aux grands enjeux humains. Les boursiers des programmes de l’ICRA travaillent régulièrement en groupes pluridisciplinaires afin d’avancer de nouvelles idées.

Codirigé par B. Brett Finlay de l’Université de Colombie-Britannique et Janet Rossant du Hospital for Sick Children, ce projet examine le microbiome humain et son rôle dans la santé et le développement humains, ainsi que ses effets à long terme sur l’évolution et la société. En éclaircissant la relation entre le microbiome et la biologie humaine, les chercheurs espèrent mieux comprendre la racine de la maladie humaine, les troubles du développement pendant les premières années, la sensibilité humaine aux pandémies futures et autres défis en santé publique, et même le comportement humain.

D’ailleurs, les travaux des boursiers Tamara Giles-Vernick de l’Institut Pasteur, Hendrik Poinar de l’Université McMaster, Frédéric Keck du Musée du quai de Branly, Philippe Sansonetti de l’Institut Pasteur et B. Brett Finlay de l’Université de Colombie-Britannique ont mené à une technique inédite pour prélever de la pulpe dentaire de trois crânes généreusement fournis par l’Université Cheikh Anta Diop du Sénégal. La nouvelle technique a fait l’objet d’un brevet et les chercheurs comptent analyser d’autres d’échantillons prochainement. Ce faisant, ils souhaitent pousser les recherches sur l’effet de la colonisation européenne sur le microbiome des Africains.

De plus, B. Brett Finlay et Michael Kobor de l’Université de Colombie-Britannique ont entrepris un autre programme avec l’ICRA baptisé Développement du cerveau et de l’enfant. Leurs travaux s’intéressent aux effets d’une mauvaise alimentation sur la prévalence de l’entéropathie, une maladie intestinale qui déclenche de l’inflammation et empêche l’absorption des aliments. Ils ont combiné l’expertise des membres des deux projets afin d’élucider les effets de l’intestin et ses processus digestifs connexes sur la méthylation de l’ADN (les modifications structurales de l’ADN) à l’âge précoce et qui sont associés à l’apparition de cette maladie.