Brain Canada Brain Canada
EN Donner

Blocage de l’interleukine-1 et hypothermie comme méthode de prévention de la paralysie cérébrale résultant de l’asphyxie néonatale réfractaire

Chef d'équipe 
  • Mathilde Chevin, McGill University Health Centre
  • McGill University

Aperçu du projet

L’asphyxie néonatale et la paralysie cérébrale (PC) résultante est une grave pathologie découlant d’un manque d’oxygène ou d’une infection/inflammation. Cette maladie demeure synonyme de mortalité ou encore de graves séquelles cérébrales et d’invalidité prolongée. Pour l’instant, l’hypothermie thérapeutique (une baisse de la température corporelle à 33 ou 34°C pendant 3 jours) représente le seul traitement indiqué pour ces nouveau-nés. Malgré tout, plus de la moitié d’entre eux garderont des séquelles neurologiques, d’où l’importance de chercher de nouveaux traitements neuroprotecteurs.  Ces travaux explorent une hypothèse voulant qu’un composé anti-inflammatoire à l’action ciblée (soit la capacité de l’antagoniste du récepteur de l’interleukine-1 à bloquer l’interleukine-1, une molécule inflammatoire naturelle (IL-1)) combiné à l’hypothermie prémuniraient contre les lésions cérébrales infligées par un déficit d’oxygène ou une infection à la naissance. Les résultats mettront en lumière les interactions néfastes entre le système immunitaire et le système nerveux. Enfin, ce projet jettera les bases de nouvelles pistes thérapeutiques visant à prévenir la PC.